AujeszkySdrpPeste porcine classiquePeste porcine africaineDiarrhée épidémique porcine

La maladie d’Aujeszky

Le point sur la maladie :

La maladie d’Aujesky est due à un herpes virus très contagieux, non transmissible à l’Homme. Elle touche habituellement les suidés et accidentellement les bovins, ovins, chiens et carnivores.

Une épizootie aurait des conséquences dramatiques pour l’ensemble de la filière porcine.
La vigilance et la rapidité de réaction en cas de foyer sont essentielles afin d’éviter l’extension de la maladie.

Les signes suspects : 

J’appelle mon vétérinaire sanitaire lorsque j’observe

  • un syndrome grippal persistant à l’engraissement
  • une perte d’appétit et des avortements sur 5% (ou plus) des truies avec un minimum de 4 truies sur une période inférieur à 15 jours
  • de pertes d’appétit, des avortements (ou des porcelets modifiés) et des pertes néonatales accompagnées de signes nerveux sur 20% (ou plus) des porcelets sur une bande

Le diagnostic se fait à partir de prélèvements et analyses vétérinaires.

Son contenu

  • Comment la maladie se diffuse t-elle ?
  • Comment mon élevage peut se contaminer ?
  • Quand doit-on suspecter la maladie d’Aujeszky ?
  • Comment protéger mon élevage ?

Surveillance et réglementation

État de lieux

Les efforts conduits collectivement au niveau national ont permis à la France de devenir indemne de maladie d’Aujeszky depuis 2009, le dispositif de surveillance a donc été revu en conséquence par l’arrêté ministériel du 28 janvier 2009 :

  • Surveillance sérologique annuelle pour les cheptels naisseur et naisseur-engraisseur est supprimée
  • Renforcement de la surveillance clinique des porcs sur le terrain ; par le biais d’une visite sanitaire porcine obligatoire et par l’alerte systématique du vétérinaire en cas de signes évocateurs observés
  • Seules quelques catégories d’élevages considérées « à risque particulier » conservent leur fréquence de prélèvements sanguins obligatoire : pour les élevages en plein air de porcs et de sangliers et les élevages sélectionneurs/multiplicateurs (Voir les modalités de la prophylaxie)

Suspicion

Le virus persiste dans la faune sauvage (sangliers). A noter qu’en janvier 2018, la DDP54 confirme la déclaration en Meurthe-et-Moselle de deux cas d’Aujeszky sur des chiens domestiques (cas de « pseudo-rage » – grattage intense voir démentiel). Une vigilance particulière est donc de rigueur pour les propriétaires de chiens, surtout les chasseurs.

Une vigilance accrue et une alerte rapide sont essentielles pour protéger l’ensemble de la filière porcine.

En cas de suspicion maladie d’Aujeszky, le vétérinaire doit être alerté et des analyses réalisées. Cette maladie étant  réputée contagieuse chez toutes les espèces de mammifères, ce classement induit que toute suspicion est à déclarer auprès de la direction des services vétérinaires.

Prévention

Il faut observer les règles de base de la conduite hygiénique de l’élevage : isolement sanitaire de l’élevage, protection contre les sources de contamination, qualité de l’ambiance dans les bâtiments. De même lors des introductions, faire attention aux garanties de cheptels.