AujeszkySdrpPeste porcine classiquePeste porcine africaineDiarrhée épidémique porcine

Diarrhée épidémique porcine

Une souche hyper virulente de diarrhée épidémique porcine (DEP) circule actuellement en Amérique du Nord.

Afin de se doter des moyens d’intervenir en cas d’introduction de cette souche en France, le Ministère en charge de l’Agriculture a inscrit cette maladie d’élevage, au titre d’émergente, dans la liste des dangers sanitaires de première catégorie. Cela rend obligatoire la déclaration de tout cas/suspicion de DEP.

Grâce à la mise en place de ce dispositif de surveillance renforcée, une suspicion de DEP a été déclarée précocement dans un élevage de porcs situé dans le département du Nord de la France.

Dans l’attente des résultats d’analyse de laboratoire et de la réalisation de l’enquête épidémiologique, l’élevage a été placé sous surveillance par arrêté préfectoral, le 1er décembre. Les résultats des analyses ont permis de confirmer l’absence de la souche hypervirulente américaine. L’enquête épidémiologique n’a pas permis de déterminer avec certitude l’origine de la contamination. La principale piste retenue serait celle d’un camion de transport allemand.

Symptômes 

Une maladie grave aux répercutions économiques très importantes

Le virus attaque le système digestif des porcs et la contamination se manifeste par la survenue de signes cliniques tels que :

  • une diarrhée abondante et aqueuse,
  • des vomissements,
  • une déshydratation sévère,
  • une perte d’appétit
  • Une forte morbidité (nombre de malades) des porcs de tout âge, mais le taux de mortalité des porcelets non sevrés est plus élevé : il varie entre 80% et 100%.

La période d’incubation est en moyenne de 2 à 3 jours et l’excrétion dure 3 à 4 semaines.

Il n’existe aucun traitement spécifiques à la maladie, on ne peut que traiter les symptômes en réhydratants les porcs.

Transmission 

Une maladie très contagieuse

La transmission est féco-orale entre porcs, par contact direct mais aussi par l’alimentation animale. La transmission du virus par voies aérienne et vénérienne n’est pas connue à l’heure actuelle mais néanmoins possible. L’épizootie au sein d’un élevage sensible survient 4 à 5 jours après l’introduction ou la vente de porcs. Le virus est ainsi probablement introduit en élevage via des porcs infectés ou par des vecteurs mécaniques (bottes, camions, etc.) puisqu’une phase de virémie est observée au moins lors de primo-infection.
La dose minimale infectante est très faible et le virus présente une résistance importante à différents traitements physiques. Ces données mettent en évidence que ce virus peut être propagé efficacement par l’homme en intervenant directement dans les élevages (transport mécanique), ou par l’intermédiaire de matériel contaminé.

Mesures de biosécurité

La France a décidé d’interdire les importations de porcs vivants et de produits à base de porc en provenance des États-Unis, du Canada, du Mexique et du Japon, afin de se prémunir contre le virus de la diarrhée épidémique porcine (DEP).

En élevage, il est indispensable de renforcer les mesures de bio-sécurité et limiter les contacts extérieurs (introduction d’animaux, véhicules de transport, matériel, alimentation vêtements et bottes pouvant être contaminés). Il est essentiel de s’assurer que les camions ainsi que tout matériel qui arrive à la ferme soient exempts de contamination et de bien évaluer les normes de qualité et la source de tous les ingrédients entrant dans la composition des aliments du bétail utilisés à la ferme.

La plupart des désinfectants virucides utilisés en France sont a priori efficaces contre le virus de la DEP. Le problème réside plus dans l’efficacité de l’action de nettoyage et de désinfection (inactive sur matière organique ou si le temps de trempage est insuffisant …).

Tout cas suspect doit obligatoirement être déclaré par le vétérinaire sanitaire, dès qu’un ou plusieurs groupes d’âges différents sont atteints d’une diarrhée sévère, contagieuse et aqueuse et dont le taux d’animaux malades est supérieur à 80% et/ou le taux de mortalité chez les porcelets sous la mère excède 30%.

Également, l’IFIP met à disposition 4 plaquette techniques et pédagogiques dédiées à la DEP, produites en lien avec les représentants de la filière, et téléchargeables ci-dessous :

Vous pouvez consulter également le « baromètre DEP ». Son objectif est de fournir un état des lieux régulièrement actualisé de la situation épidémiologique (Monde/Europe/France) et de proposer, en tenant compte du niveau de risque, les recommandations en termes de biosécurité à suivre prioritairement.

Sources : GDS France, IFIP, Conseil Canadien de la Santé Porcine