La maladieSituation localeCertificationAssainissementContrôle des risquesL’IBR en Grande RégionCommerce

 L’IBR  Rhinotrachéite infectieuse bovine 

La Rhinotrachéite Infectieuse Bovine (ou I.B.R.) était, il y a plusieurs dizaines d’années, responsable de troubles graves dans les élevages, entrainant des pertes zootechniques et économiques importantes.

Aujourd’hui, les bovins infectés par l’I.B.R. sont les plus souvent des porteurs sains, qui n’expriment aucun signe clinique. Cependant, les risques de voir réapparaitre la maladie à l’occasion du transport et du mélange des animaux aux statuts I.B.R. différents existent et en font une maladie à enjeu commercial.

L’I.B.R. est une maladie réglementée par l’État depuis 2006, et inscrite au code zoosanitaire de l’OIE (Organisation mondiale pour la santé animale). La maladie n’est pas transmissible à l’Homme. Sa gestion administrative et technique est réservée aux Groupements de Défense Sanitaire.

Connaitre  la maladie

L’I.B.R. est une maladie contagieuse due à un herpèsvirus = le BHV-1. Elle se manifeste essentiellement par une rhinotrachéite (jetage, salivation), parfois discrète ; voire des troubles de la reproduction (infertilité, avortement).

Le diagnostic de l’I.B.R. ne se fait qu’après des analyses au laboratoire.

# Le portage latent

  • Aujourd’hui, les bovins infectés par l’I.B.R. sont les plus souvent des porteurs sains, qui n’expriment aucun symptôme = on dit qu’ils sont porteurs latents.
  • Les animaux infectés sont porteurs du virus à vie.
  • Le portage latent des bovins infectés peut être rompu à tout moment, à l’occasion d’un stress important ou d’une baisse de l’immunité (= transport, vêlage, allotement, infestation parasitaire, circulation d’une pathologie immunodépressive comme la BVD, etc.). Le virus se multiplie à nouveau et est excrété : si l’animal initialement infecté n’exprime alors pas toujours de signes cliniques, il devient au minimum contagieux pour les autres.


# Transmission du virus

La contamination d’un bovin sain se fait par contact étroit avec un animal excréteur du virus :

  • par contact « mufle à mufle » principalement,
  • de la mère au veau in utéro
  • à travers une allée de bâtiment, une clôture,
  • lors d’une proximité prolongée de moins de 10 mètres.

La source virale majeure est représentée par les sécrétions respiratoires. 

Le sperme de taureaux infectés est aussi une autre source de contamination (le virus résiste à la congélation).

Le virus de l’I.B.R. est peu résistant à l’air libre et à la lumière. Cependant, l’environnement peut quand même être source de contamination (matériel prêté, mouchette, bétaillère, vêleuse, vêtement, bottes, etc.).

# Les causes de contaminations  : 

  • Achat/prêt/pension
  • Divagation
  • Lors du transport
  • Prêt ou échanges de matériel
  • Visiteurs

L’animal sain qui se contamine excrète de fortes quantités de virus dans les 2 à 3 semaines qui suivent l’infection (réaction immunitaire). L’immunité mise en place du bovin nouvellement infecté va lui permettre de surmonter l’infection et de stopper l’excrétion du virus, mais sans pour autant débarrasser son organisme du virus : l’animal est porteur du virus à vie, positif à vie.

# Traitement
Comme pour la plupart des maladies virales, il n’existe pas de traitement spécifique.

Il existe par contre des vaccins, dont l’utilisation en élevage infecté vise d’une part à protéger les animaux infectés des manifestations cliniques, d’autre part à réduire notablement l’excrétion virale, et donc à maîtriser la circulation virale dans l’élevage. La décision et l’acte vaccinal se fait par le vétérinaire, en accord avec le G.D.S.

  • En savoir plus : DIAPORAMA présentant la maladie (Réunion d’information IBR 2014)