Les avortements en élevage bovinLe pack avortement des GDS Documentation technique sur les maladies abortives

Les avortements en élevage bovin

Un avortement est un signal d’alerte qu’il faut toujours prendre au sérieux.
→ avortement = danger sanitaire
→ avortement = perte d’argent

Qu’est-ce qu’un avortement ?

D’après le Code Rural : « On considère comme avortement possiblement infectieux l’expulsion d’un foetus ou d’un animal mort né ou succombant dans les douze heures suivant la naissance, à l’exclusion des avortements d’origine manifestement accidentelle. »

Comment réagir ?  

Un avortement est souvent associé à une pathologie contagieuse pour le reste du troupeau, voire pour l’Homme (zoonose).

Voici ci-dessous la conduite à suivre en cas d’avortement :

  1. Se protéger en portant au minimum des gants pour toutes manipulations (zoonoses),
  2. Isoler la mère avortée, pour éviter la contamination aux autres animaux,
  3. Contacter son vétérinaire sanitaire pour la recherche brucellose, c’est une obligation légale dès le premier avortement (L’État prend à sa charge le déplacement, l’acte vétérinaire et les frais d’analyses),
  4. Maintenir à l’abri l’avorton et les produits d’avortement jusqu’à la venue du vétérinaire (du soleil, de la chaleur, des carnivores domestiques et sauvages, …),
  5. Nettoyer et désinfecter le matériel utilisé en cas d’assistance à la mise-bas (même vos habits) ainsi que le box d’isolement où la femelle aura séjourné,
  6. Déclarer l’avortement au service d’identification (information de fin de gestation),
  7. Ne pas lui attribuer de numéro ni le boucler ; le service d’identification lui attribue un numéro fictif → 5499xxxxxx / 5599xxxxxx / 5799xxxxxx …
  8. Enregistrer l’avortement sur le registre d’élevage pour garder en mémoire cet événement dans la carrière de la mère,
  9. Écarter le lait de la consommation humaine jusqu’au rendu du résultat favorable de l’analyse brucellose,
  10. En cas de série d’avortements, contactez votre GDS pour faire des analyses complémentaires via le PACK AVORTEMENTS

Avortement en série ?

SITUATION SEUILS D’ALERTE
Avortements rapprochés dans le temps, par « vague » 2 avortements en 30 jours
(quelle que soit la taille du cheptel)
Avortements espacés sur une période plus longue 3 avortement en 9 mois
ou > 4% de naissances abortives pour les troupeaux de +100 femelles mises à la reproduction
Mais également lorsque la mortinatalité des veaux est anormalement élevée et que l’origine reste indéterminée.

Focus sur les causes possibles d’avortement

Si la recherche Brucellose est obligatoire et gratuite, la visite du vétérinaire doit être l’occasion de pousser les investigations plus loin pour rechercher les agents pathogènes responsables ou les autres causes possibles.

→ Causes infectieuses

  • Virus : BVD, IBR, schmallenberg,  FCO, BVH-4, parvovirus, fièvre de la vallée du Rift, …
  • Bactéries : brucellose, fièvre Q, E.Coli, salmonellose, chlamydia, listériose, leptospirose, ehrlichiose, …
  • Mycoses : aspergillus, mucor, …
  • Protozoaires : néosporose, toxoplasmose, …

→ Causes non infectieuses

  • Génétiques : complexe vertébral, malformation, Bulldog
  • Traumatiques : stress thermique, coup, stress de manipulation, …
  • Alimentaires : déficit énergétique, excès MAT, acidose, déficit en minéraux – en vitamines et/ou oligo-éléments, eau de boisson, nitrate, plante toxique, mycotoxines, phyto-oestrogène, perturbateur endocrinien, etc.

Ce que le GDS propose

Les causes possibles d’avortement sont nombreuses et leur fréquence d’observation sont variable. Pour hiérarchiser les recherches en fonction de leur pertinence, les GDS vous proposent le PACK AVORTEMENTS  (cliquer ci-contre pour le découvrir). Les analyses effectuées dans le cadre de ce protocole sont aidés.