La maladieSituation localeGarantie non IPIContrôle des risquesAssainissement individuelAssainissement collectif Grand Est

Assainissement collectif en Grand-Est : en marche vers l’éradication

Objectifs : avoir une zone indemne et faire l’économie de la pathologie !

Si les plans de lutte individuels et volontaires proposés par les GDS depuis plus de dix ans ont prouvé leur efficacité et permettent un assainissement rapide de l’exploitation touchée, cette maladie ne constitue pas moins une menace permanente pour les élevages épargnés, et sa gestion individuelle coûte cher sur le long terme en absence de lutte collective. Face à ce constat, les GDS du Grand-Est s’organisent pour la généralisation de la lutte de grande envergure.

Un programme de lutte collective en Grand-Est 

Le programme BVD Grand-Est a été défini et validé à plusieurs reprises depuis 3 ans par les GDS du Grand-Est en vue de sa généralisation obligatoire en 2017.

L’ensemble des régions Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, se sont engagées dans l’action, afin d’avoir une taille assez importante pour gérer les mesures de biosécurité nécessaires pour éviter les réinfections.

Ce programme est basé sur le dépistage précoce des veaux grâce au prélèvement de cartilage auriculaire lors du bouclage réglementaire, avec une boucle spécifique « 2 en 1 » (voir photo ci-dessous).

Le dépistage précoce a pour objectif de détecter les animaux IPI (nés avec le virus et infectés permanents). Dès lors, il devient possible de stopper la circulation et l’expansion du virus en les sortant au plus vite du troupeau. Le dépistage n’a donc d’intérêt que s’il aboutit à la réforme rapide des IPI détectés.

Déjà plusieurs départements équipent l’ensemble de leurs éleveurs en boucle « 2 en 1 » et approuvent grandeur nature le plan d’éradication généralisé sur l’ensemble de leur territoire.

Les étapes du programme collectif décrites ci-dessous

1re phase – 2012/2015
Sensibilisation des éleveurs
• Faire comprendre les conséquences économiques de la B.V.D.,

• Étude économique chiffrée,
• Conséquences sur les mortalités,
• Conséquences sur les frais vétérinaires,
• Sensibiliser les éleveurs et les vétérinaires sur l’efficacité de la démarche,
• Tester le dispositif dans les élevages,
* Pour mettre en place les outils nécessaires à la gestion
* Pour démontrer l’efficacité du programme technique
* Pour estimer les moyens nécessaires à la mise en œuvre

2e phase – 2016/2020
 
Le dépistage généralisé à la naissance
• Déployer la pose des boucles dans tous les élevages, 
• Vérifier que tous les veaux sont bien dépistés, y compris les morts-nés et avortons,
• Gérer les résultats et les recontrôles,
• Maintenir la prévention vaccinale,
• Éliminer rapidement les I.P.I. par abattage ou euthanasie,
• Continuer à gérer les introductions,
• 2016/2018 : dépistage obligatoire à l’introduction sauf bovin déjà NON IPI
 • 2018 et après : interdiction d’introduire les bovins sans statut BVD.,
• Sensibilisation pour les mises en pâtures,
• Sensibilisation à la vaccination avec vaccins « qui ne marquent pas ».
3e phase – 2020/2025
 
Les mesures de bio-sécurité

• Gestion des mises en pâtures : tous les bovins au parcs devront être connus NON IPI,
• Gestion des introductions hors-zone,
• Interdiction de la vaccination avec des vaccins « qui marquent »
• Mise en place du suivi sérologique sur les jeunes générations,
• Confinement des élevages à problème BVD

4e phase – 2025 et pour toujours …
 
Zone indemne de BVD 

• Contrôle des mesures de biosécurité,
• Suivi sérologique des troupeaux sur lait et sang,
• Protection de la Grande Région.

S’engager maintenant !

Les GDS Meuse, Meurthe-et-Moselle et Moselle sont depuis le début précurseurs de l’action collective BVD. Presque tous les éleveurs de nos trois départements sont engagés en bouclage généralisé BVD.
Pour aller plus loin ▶ www.contrelabvd.com